Ventilation et aération : quelle solution pour un salle de bains saine...

Ventilation et aération : quelle solution pour un salle de bains saine ?

La salle de bains est généralement très humide, et ceci est tout à fait normal, vu qu’on y utilise quotidiennement de l’eau pour son hygiène. Mais pour qu’elle puisse être toujours confortable et ne devienne pas un nid de bactéries et de moisissures, il est obligatoire de bien l’aérer et de la ventiler.

0
Salle de bains équipée d'une vmc et d'une grande fenêtre
Salle de bains équipée d'une vmc et d'une grande fenêtre

La solution classique consiste à y installer des fenêtres pour que l’air naturel puisse circuler, mais quand il est impossible d’avoir des fenêtres (en appartement clos), il devient impératif d’utiliser un système de ventilation mécanique.

Les solutions classiques d’aération ou de ventilation de la salle de bains

Il est recommandé d’aérer ou de ventiler une salle de bain tous les jours. Pour cela, il faudra laisser les fenêtres (si elle en possède) et la porte de cette dernière ouverte pendant 15 minutes au moins par jour. Il est aussi conseillé de toujours laisser la porte de la salle de bains ouverte pendant la nuit pour que l’air puisse y circuler.

Mais dans le cas d’une salle de bains sans fenêtres ou sans ouverture sur l’extérieur, ces solutions classiques sont impossibles à mettre en œuvre. Il faudra donc faire installer un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC), ou un système de ventilation mécanique ponctuelle (VMP).

La VMC pour une salle de bains : généralités et coût de revient

La VMC est un système qui permet de diminuer le taux d’humidité d’une salle donnée tout en renouvelant l’air qui y circule à partir de l’air extérieur.

Il en existe 2 types, la VMC simple flux et la VMC double flux. La VMC simple flux peut ventiler la salle de bain sur la base d’un débit d’air constant (VMC simple flux autoréglable) ou d’un débit d’air modulable en fonction du degré d’humidité de la pièce (VMC simple flux hygroréglable).

La VMC double flux fonctionne exactement de la même manière, avec l’avantage supplémentaire de pouvoir offrir de l’air chauffé, et donc d’améliorer le confort de la pièce.

Les standards exigent que la puissance d’une VMC de salle de bains (à simple ou double flux) soit comprise entre 80 et 165 mètres cubes par heure.

Coût d’achat et d’installation professionnelle d’une VMC

Une VMC simple flux autoréglable coûte entre 400 et 700 euros TTC, tandis qu’une VMC simple flux hygroréglable vaut entre 700 et 1 200 euros TTC. Pour une VMC double flux, il faut prévoir un budget de 2 000 à 3 500 euros TTC.

La VMP pour une salle de bains : généralités et coût de revient

La VMP permet de ventiler les pièces d’eau (salle de bain ou toilettes) de manière ponctuelle, contrairement à la VMC qui fonctionne en continu. Elle se positionne généralement à l’entrée d’une fenêtre ou du conduit d’évacuation et fonctionne souvent dans la tranche horaire qui correspond à celle où la pièce est utilisée ou le plus humide.

Il en existe 2 types : la VMP à extraction unique et la VMP à extractions simultanées.

VMP à extraction unique ou simultanée : principales caractéristiques

La VMP à extraction unique se place à l’entrée d’un conduit et ne comporte qu’un seul extracteur d’air. Elle se met en marche seule et fonctionne strictement le temps d’utilisation de la salle de bain.

Par contre, la VMP à extractions simultanées dispose de 3 extracteurs reliés entre eux par une gaine. Elle peut être utilisée alors pour plus d’une pièce (une salle de bains et ses toilettes voisines) et elle peut aussi être associée à un interrupteur de lumière ou un ventilateur.

Note : il est important, quand on veut choisir une VMP pour sa salle de bains, de tenir compte de la capacité d’extraction de cette dernière. Celle-ci s’obtient facilement en multipliant le volume de la pièce concernée par le nombre de renouvellements horaires (NRH) que l’on aimerait avoir. Si le nombre trouvé se situe entre 10 et 15 NRH, c’est déjà acceptable pour une salle de bains.

Combien coûte une VMP ?

Les VMP ont l’avantage net d’être peu coûteuses par rapport aux VMC. Une VMP à extracteur unique peut être achetée à partir de 75 euros, et une VMC à extracteurs simultanés peut être acquise dès 110 euros.

Le déshumidificateur, une alternative aux ventilations mécaniques

Le déshumidificateur est un appareil qui permet d’absorber l’humidité de l’air contenu dans une pièce. Il condense ensuite cette dernière et la rejette sous forme d’eau dans un bocal qu’il faut alors vider régulièrement. Il peut être électrique ou chimique selon les modèles.

Toutefois, il est bon de se rappeler que le déshumidificateur extrait l’humidité de l’air, mais il ne renouvelle pas ce dernier. Il peut être utilisé en appoint d’une salle de bain bénéficiant d’une ventilation naturelle déjà intéressante. Sinon, il ne sera pas vraiment efficace, surtout si le degré d’humidité est très élevé.

Coût d’un déshumidificateur

Le prix du déshumidificateur varie en fonction du modèle et des performances.

Pour un déshumidificateur électrique, il faut débourser entre 100 et 500 euros, en ayant droit à une extraction d’eau pouvant aller jusqu’à 30 litres d’eau par jour.

Le déshumidificateur chimique n’est pas aussi performant, mais il est moins cher (dès 75 euros). Il faudra ensuite acheter des cartouches de rechange tous les 2 mois pour le maintenir en état de fonctionnement.

Que choisir pour la ventilation et l’aération de sa salle de bain ?

Tout dépend de la taille de la salle de bain, de sa configuration (avec ou sans fenêtres) et des besoins en ventilation. En effet, une VMC permet de ventiler et d’aérer tout un logement quand elle est bien choisie.

Au lieu de se concentrer alors exclusivement sur la salle de bain, on optera pour une VMC quand il s’agit de résoudre les problèmes de ventilation et d’aération du logement complet, y compris la salle de bain.

Mais si les autres pièces de la maison sont déjà ventilées et bien aérées, pas la peine d’effectuer de grosses dépenses : on peut se contenter d’une VMP ou d’un bon déshumidificateur.

Il ne faudra pas oublier non plus les bons gestes qui consistent à essuyer par exemple la salle de bain, à laisser sa porte ouverte et à appliquer un revêtement hydrofuge sur ses murs.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE